Menu

Le Scrum chez PULSE.digital

Notre équipe base ses stratégies de travail sur la méthode Scrum, qui elle-même est inscrite dans l’approche appelée Agile. Cette dernière prend le contre-pied des approches de gestion de projet dites «traditionnelles» qui restreignent la marge de manœuvre créative.  


Pourquoi ?  


C'est parce que ces approches sont fondamentalement rigides, elles ne laissent pas la place aux changements imprévus faisant partie intégrante de chaque projet. La manœuvre créative est entravée par les axes plombés posés lors d'une phase de planification réputée inflexible. Dès lors, la réalité rattrape la théorie, il se crée un delta entre le plan initial et le résultat final.  

C’est la raison pour laquelle PULSE.digital a décidé d'intégrer la méthode Scrum. Cela nous permet de répondre à une de nos valeurs clés : la proximité avec nos clients. Cette méthode, intègre nos clients dans le processus de création, du début à la fin. Ainsi nous pouvons suivre les besoins dynamiques du client.  

Les idées nouvelles et pertinentes qui permettent l'amélioration du produit s'intègrent continuellement au projet, qu’elles surgissent de l’esprit de Pulse.digital ou de nos clients ! À contrario, celles qui ne s’avèrent pas compatibles avec le projet peuvent être éliminées. Nous offrons ainsi à nos clients une version final du produit qui correspond parfaitement à leurs attentes.    


Et comment applique-t-on cette méthode ?  

Il faut savoir que le cycle de vie de Scrum est rythmé par ce que l’on appelle des Sprints. Ces derniers sont répartis sur plusieurs semaines. Pour les mettre en place, l’équipe doit se réunir afin de s’accorder sur le « quoi » et sur le « comment ». 


Le « quoi » regroupe un référentiel des exigences initiales de notre client, dressées et hiérarchisées avec ce dernier : il est totalement inclus dans les discussions. Cela nous permet d’être sûrs de cerner parfaitement ses besoins. Ce référentiel est appelé Product Backlog, et évoluera durant tout le processus de production en fonction des demandes du client. affinage est continu pendant le nombre de semaines nécessaires et demande une connaissance parfaite du processus de production. 


L’échéance initialement prévu touche ensuite à sa fin et le Sprint est finalement terminé. Vient alors la Revue de Sprint, réunion durant laquelle l’équipe au complet ainsi que le client analysent ensemble le Sprint. Le but est l’inspection et l’adaptation. Tous regardent et étudient ce qu’il se passe afin de s’améliorer. Cette étape est très intéressante pour le client car il peut connaître la situation du produit. Mais notre agence en tire aussi profit car elle peut avoir une vue d’ensemble sur son travail. Le produit final, par exemple un site internet, est réellement utilisé par le client : il faut qu’il y ait une inspection pratique de l’objet en fonctionnement, une interaction réelle.


La phase finale est appelée la Rétrospective de Sprint. Elle permet à nouveau d’inspecter le produit, mais cette fois des échanges sont faits entre le client et l’équipe afin de permettre à cette dernière d’adapter à nouveau le produit si la satisfaction n’est pas à son maximum. Les aspects positifs et négatifs sont discutés et tous se mettent d’accord sur les changements éventuels à opérer. Il est important de ne pas se concentrer uniquement sur ce qui ne va pas ! Il ne faudrait pas démoraliser tout le monde.   

 

Le « comment » est divisé en divers éléments que le client souhaite regrouper dans son produit, comme par exemple la possibilité pour les acheteurs de mettre leurs achats dans un panier sur le site internet. Pour savoir comment développer chacun des éléments, une liste de tâches sera créée appelée Sprint Backlog. 


Avant que le Sprint puisse commencer, il reste encore à définir les User Stories qui sont des fonctionnalités décrites par le client. Elle devront chacune avoir un nom, un identifiant unique, être classées selon leur importance ainsi que selon la quantité de travail nécessaire pour les développer, être validées et  testées. // Il faudra ensuite mettre en place un test de validation // Et finir avec une partie « notes » qui permet d’ajouter des commentaires ou toute autre information. 


Lorsque ces trois étapes sont finalisées, le Sprint peut débuter. Sa progression est suivie quotidiennement grâce à des réunions journalières d’une quinzaine de minute appelées Daily Scrum. L’avancée des tâches est actualisée et l’équipe peut être à jour sur ce qu’il reste à faire. Ces séances sont préparés lors des Sprints Planning Meetings : les exigences prioritaires sont sélectionnées dans le Product Backlog, décomposées puis analysées à nouveau, finalement elles sont classées une nouvelle fois selon leur priorité. Cette affinage est continu pendant le nombre de semaines nécessaires et demande une connaissance parfaite du processus de production. 


L’échéance initialement prévu touche ensuite à sa fin et le Sprint est finalement terminé. Vient alors la Revue de Sprint, réunion durant laquelle l’équipe au complet ainsi que le client analysent ensemble le Sprint. Le but est l’inspection et l’adaptation. Tous regardent et étudient ce qu’il se passe afin de s’améliorer. Cette étape est très intéressante pour le client car il peut connaître la situation du produit. Mais notre agence en tire aussi profit car elle peut avoir une vue d’ensemble sur son travail. Le produit final, par exemple un site internet, est réellement utilisé par le client : il faut qu’il y ait une inspection pratique de l’objet en fonctionnement, une interaction réelle. 

La phase finale est appelée la Rétrospective de Sprint. Elle permet à nouveau d’inspecter le produit, mais cette fois des échanges sont faits entre le client et l’équipe afin de permettre à cette dernière d’adapter à nouveau le produit si la satisfaction n’est pas à son maximum. Les aspects positifs et négatifs sont discutés et tous se mettent d’accord sur les changements éventuels à opérer. Il est important de ne pas se concentrer uniquement sur ce qui ne va pas ! Il ne faudrait pas démoraliser tout le monde.